Lampe Cosy de Goffredo Reggiani Italie 1970

520,00

Lampe Cosy de Goffredo Reggiani Italie 1970

520,00

1 en stock

Catégories : , Étiquettes : , ,

Rare lampe cosy de Goffredo Reggiani des années 70

Rare lampe Cosy de Goffredo Reggiani des années 70

Typique de la période Space Age et caractéristique des matériaux utilisés par Reggiani, cette lampe est un modèle rare du designer italien. Le pied évasé s’affine vers un dôme chromé cerné d’un disque blanc et translucide qui diffuse une lumière douce, indirecte et tamisée. Le tube au sommet du dôme vient marquer l’œuvre de Reggiani : quand le fretel ou le gland surmontaient une lampe bouillotte, une sphère se juchait sur une lampe moderniste, ici, c’est une pièce chromée, tubulaire, au design futuriste qui vient signer la création du designer italien.

La lampe Cosy est une grande lampe, elle mesure 53 centimètres et le diamètre du dôme est de 38 centimètres.

L’étiquette est encore présente au milieu des trois feux.

La lampe est dans un très bon état de conservation. Elle montre quelques signes d’usure et deux légères rayures sur le haut du dôme. Elle fonctionne dans une électrification d’origine (prise italienne).

Veillez à bien regarder les photos, elles complètent la description.

N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez de plus amples informations.

Eve


Goffredo Reggiani

Etrangement peu renseignée, l’histoire de l’entreprise Reggiani commence en 1977. Fondée par Goffredo Reggiani, elle est basée à Brianza, en Lombardie à quelques dizaines de kilomètres de Milan.

Entrepreneur, Reggiani est aussi designer et conçoit les prototypes de lampes. Novateur, il utilise des matériaux typés, caractéristiques de ses créations : le chrome marié à l’opaline, dans des modèles souvent d’envergure. Il développe l’usage du teck dans des lampes plus primitives comme le lampadaire « Surf ». Reggiani s’ouvre aussi vers l’extérieur et noue des partenariats avec artistes et architectes comme Richard Rogers ou Gio Ponti.

Au milieu d’une région connue pour ses industries, il travaille sur la technique et l’innovation : il invente des modèles magnétiques, dont le réflecteur en forme de sphère peut se détacher de sa base. Le métal des abat-jours est souvent perforé pour éviter surchauffe et chaleur. Dans les années 70, il lance la première gamme de lampes halogènes basse tension en Europe.

La production de Goffredo Reggiani est emblématique, totémique du mouvement Space Age : le chrome brille le long de formes évasées et courbes, l’opaline se déploie dans des globes aux formes variées et originales. Sa créativité est immense. Plusieurs modèles sont iconiques : le lampadaire Muguet qui telle la fleur superpose trois abat-jours sphériques sur trois brindilles chromées et courbées, son applique « disques » qui juxtapose plusieurs dômes légèrement convexes aux allures de carapace métallique.

Son entreprise est aujourd’hui encore une référence internationale : au-delà de fabriquer des luminaires, elle s’investit également dans des projets d’envergure en concevant l’éclairage de bâtiments à travers le monde.

Le mouvement Space Age

Eclos au début des années 50, le mouvement Space Age ou Atomic Age naît dans une époque marquée par la conquête spatiale et la menace du nucléaire, vécue de plein fouet pendant la seconde Guerre Mondiale. La science et la technologie sont au cœur des préoccupations. Elles influencent l’architecture, la mode, le design.

Motifs géométriques, étoilés, galactiques, servis par des nouveaux matériaux, le Space Age révolutionne l’esthétique. La fibre de verre, le plastique, le contreplaqué moulé rentrent dans les compositions. Ils sont facilement transformables, ils s’adaptent au corps humain. Ils offrent de nouvelles et extraordinaires possibilités. Les formes rondes et courbes rentrent dans le quotidien.

Vico Magistretti et ses appliques iconiques, Verner Panton avec notamment sa lampe Panthella, Joe Colombo et sa fameuse lampe KD27 viennent transformer les intérieurs. Mais derrière cet aspect esthétique futuriste, ils viennent concrètement répondre aux besoins de la reconstruction. Matériaux moins chers, facilement industrialisables, le Space Age vient fournir à un monde qui se reconstruit le mobilier d’un futur utopique.

Ces modèles abstraits, oniriques sont autant aujourd’hui les souvenirs d’une époque que les projections encore actuelles d’un prochain monde. Les créations de design de cette époque sont désormais des intemporels !

Informations complémentaires

Poids 2 kg
Dimensions 38 × 53 cm